Archives

« Les Fantômes de la rue Papillon » avec Michel Jonasz à Lunel

Une comédie humaniste qui met en scène un juif des années 40 et un jeune musulman d’aujourd’hui. Un plaidoyer contre l’antisémitisme et le racisme.

Lunel vous propose de découvrir Michel Jonasz dans une pièce de théâtre.

Lunel
Vendredi 16 février 2018
à 21:00
La Salle Brassens
Avenue des Abrivados

Lorsqu’on parle de Michel Jonasz, on pense tout de suite au chanteur avec sa voix jazzy. Mais ce sera le comédien qui se retrouvera sur la scène de la salle Georges Brassens le 16 février prochain à Lunel.

En effet, au côté d’Eddy Moniot et de Judith Magre, Michel Jonasz campera un des personnage de la pièce écrite et mises en scène par Dominqiue Coubes, « Les fantômes de la rue Papillon ».

Aujourd’hui, on vous propose de découvrir cette pièce de théâtre qui a remporté un large succès sur les scènes parisiennes. Créée en 2017, « Les fantômes de la rue Papillon » est une comédie humaniste qui fait se rencontrer deux fantômes avec pour dénominateur commun l’endroit où ils ont perdu la vie, c’est à dire le numéro 4 de la rue Papillon. Tous deux sont coincés dans les limbes qui surplombent la rue. Le dialogue s’engage entre eux et tout ce qu’ils peuvent représenter. Car mis à part la rue Papillon, on pourrait croire que tout les sépare voir les oppose. Le premier est un vieux Juif, Joseph qui est mort en juillet 1942. Avec lui, les souvenirs de la Seconde Guerre Mondiale et la Shoah, la rafle du Vel’d’Hiv’, le nazisme, la persécution des juifs. Le second personnage est un jeune français d’origine arabe, Haïssa qui vient des quartiers. Il perd la vie le 12 janvier 2017, sous les balles d’un policier lors d’un contrôle d’identité qui tourne mal. Les deux fantômes vont évoquer ce qu’a été leur vie avant leur disparition.

Le plus âgé parle de la Shoah, de l’occupation, de la collaboration. Le plus jeune lui raconte son quotidien d’enfant d’immigré avec les brimades, sa vie dans les quartiers. Et au fur et à mesure que le dialogue s’installe entre eux, ces deux générations différentes vont apprendre à se connaître et à s’apprécier, l’un plein de sagesse et de désillusions, l’autre plein de fougue et d’espoir.

C’est un émouvant reflet de l’actualité. Un véritable plaidoyer sans concessions contre le racisme et l’antisémitisme servi délicieusement par un duo de comédiens justes et avec du talent. N’hésitez pas à réserver

votre soirée du 16 février pour voir cette belle pièce, salle George Brassens à Lunel. Tarifs : 25 € en prévente. 30 € sur place.