Toutes les news de l'Hérault

1 million d’arbres : quand la ministre de l’environnement rend hommage à une association de Montpellier



C’est une reconnaissance qui vient saluer un engagement et une motivation sans failles : dans une courte vidéo, la ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne a rendu hommage au travail de l’association montpelliéraine 1 million d’arbres. L’association, créée en 2017 et présidée par Jean-Paul Wabotaï, entend sensibiliser le grand public à la préservation de l’environnement contre le changement climatique. Son objectif : planter un million d’arbres en France d’ici 2020.
 

Sans subvention, l’association a déjà planté plus de 10.000 arbres, sachant que les nouveaux arbres plantés lors du festival organisé en novembre n’ont pas encore été comptabilisés. Sachant aussi qu’un particulier de Murviel-lès-Montpellier a racheté des terres arables dans l’idée de planter pas moins de 100.000 arbres.
 

 

Bientôt une journée nationale ?

Pour Jean-Paul Wabotaï, l’objectif du million d’arbres est donc “jouable“. S’il n’a pas rencontré Elisabeth Borne, il a en revanche pu échanger avec sa chef de cabinet pour lui parler de son projet. Et il entend maintenant solliciter un rendez-vous avec le président de la République. Son souhait : qu’Emmanuel Macron décrète une journée nationale de plantation d’arbres, et même une semaine fin novembre, pour coller avec la Sainte-Catherine, jour où selon le dicton, “tout bois prendre racine“.

Plusieurs villes se sont déjà déclarées partantes pour l’initiative : Montpellier bien sûr, la première à avoir soutenu l’association, mais aussi Toulouse, Pérols, Villeneuve-lès-Maguelone ou encore Nice. Pour montrer la pertinence de sa proposition de journée nationale, Jean-Paul Wabotaï fait un parallèle avec la Fête de la musique : “Elle a été créée pour répondre à une demande, ici aussi il y a une vraie demande, qui est mondiale.

L’association est bien déterminée à frapper à toutes les portes, y compris celle du pape, et celle de l’imam de La Mecque. Et Jean-Paul Wabotaï prévient : “Nous ne planterons pas n’importe quoi. Chaque département, chaque parcelle doivent être étudiés pour pouvoir planter des essences de la région.”
 



Source