Toutes les news de l'Hérault

Béziers : un bout d’aiguille dans de la viande à la cantine scolaire, l’opposition dénonce les “dysfonctionnements’”



L’affaire ne fait surface que maintenant, mais remonte au mois d’avril dernier : l’opposition politique y voit là une volonté de “passer [les faits] sous silence“. Le 16 avril, à la cantine scolaire de l’école Malbosc à Béziers, un enfant a découvert le bout d’une aiguille de seringue dans le morceau de viande qui lui était servi. Pour Pascal Resplandy, candidat LREM aux municipales 2020, l’incident est “l’arbre qui cache la forêt de la gestion des cantines scolaires de Béziers.” Il écrit dans un communiqué :
 

En 2016, un audit révélait les “dysfonctionnements graves pour l’hygiène et la sécurité alimentaire” de nos enfants, de nos aînés. Aucune communication n’a été faite à ce sujet. Trois ans plus tard, rien n’a été fait pour résoudre ces dysfonctionnements.

Le 2 juillet dernier, l’Etat mettait effectivement en demeure l’Occitane de restauration, la Société anonyme d’économie mixte (SAEM) gestionnaire des cantines, d’améliorer la situation, en raison d’équipements très dégradés.

Contacté, Pascal Resplandy ajoute : “Cela démontre l’absence de gestion de Robert Ménard sur tous les sujets qui ne l’intéressent pas, à savoir les sujets qui ne sont pas polémiques.”
 

Seringue vétérinaire

Après enquête, le morceau d’aiguille s’est avéré provenir d’une seringue vétérinaire, qui s’est brisée lors d’une piqûre faite sur un bovin, explique le maire Robert Ménard. L’éleveur aurait dû prévenir l’abattoir, mais ne l’a pas fait. “Depuis, l’Occitane de restauration a rompu toute collaboration avec cet éleveur“, déclare le maire.

L’opposition réclame aujourd’hui un nouvel audit, et a même lancé une pétition, pour “faire le bilan sur ce qui a été entrepris par l’Occitane de la restauration et la municipalité de Béziers” et “faire toute la lumière sur ce scandale qui met en danger la vie de nos enfants.”
 

“Un bien mauvais procès”

Robert Ménard dénonce une “polémique qui n’a pas lieu d’être“, et renvoie la responsabilité de l’incident à d’autres : “C’est un bien mauvais procès, cela n’a rien à voir avec la ville mais avec la SAEM“.

A ce jour, pour cause de travaux à la cuisine centrale de Béziers, c’est la cuisine centrale de l’hôpital qui assure les repas des cantines scolaires et centres de loisirs de la ville.

 



Source