Toutes les news de l'Hérault

Le vin bio en salon en janvier à Montpellier, à l’heure où la France devient n°1 mondial pour sa consommation


Selon une étude l’institut britannique IWSR, la France va devenir le premier consommateur mondial de vin bio !

En 2021, la France consommera deux fois plus de vin bio qu’en 2013, doublant alors l’Allemagne comme premier pays consommateur.

Et en 2023 elle représentera 20% de la consommation mondiale, prévoit l’étude réalisée pour l’interprofession SudVinBio du Languedoc, avant le salon Millésime Bio qui se tiendra du 27 au 29 janvier à Montpellier.

Le vin bio, un succès croissant 

Alors que alors que la consommation mondiale de vin a plutôt tendance à se tasser, l’engouement pour les vins bio, lui, décolle, souligne le rapport de l’institut britannique, qui suit les marchés des alcools dans 157 pays.
 
En 2019, l’Allemagne était le premier pays consommateur de vins bio du monde, devant la France, le Royaume-Uni et l’Italie. 

 En 2023, selon les projections de l’institut, la France devrait monter sur la première marche du podium mondial,  devant l’Allemagne, puis de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis.

En réponse à cette forte demande, les trois principaux pays producteurs de vin du monde, Italie, Espagne et France, vont considérablement accroître leurs surfaces certifiées bio.

Ainsi, de 165 millions de bouteilles de vin bio en 2013, la production française est passée à 361 millions de cols en 2018, ce qui représente une hausse +119%.

La production devrait monter d’ici à 2023 à 613 millions de cols, selon l’IWSR !

Le vin nature a aussi le vent en poupe

Cette nouvelle n’étonne guère Gilles Contrepois. Ce vigneron audois fait partie des pionniers de la vinification en vin naturel : il s’est lancé en 2004 dans un petit domaine des Corbières et depuis lors, il a observé une demande croissante.
 

Les gens veulent aller plus loin que le bio, surtout les jeunes consommateurs ! affirme-t-il

“Il y a clairement un engouement pour le vin naturel ! On entend de plus en plus de “bio bashing”, le bio ne suffit plus car les gens savent qu’il y a quand même des sulfites dans le vin. Les consommateurs, surtout les jeunes,  veulent aller plus loin. Je suis persuadé qu’on va vraiment changer de mode de consommation dans le vin pour aller d’avantage vers des produits d’émotion plutôt que des vins carrés, sans surprises…” explique ce vigneron qui participera mi décembre à Durban Corbières, avec 17 autres vignerons locaux, à la deuxième édition du salon de vins naturels en hautes Corbières. 

 

Gilles Contrepois, vigneron en vin naturel lors des vendanges à Cascastel des Corbières, en septembre 2019. / © I.Bris/FTV
Gilles Contrepois, vigneron en vin naturel lors des vendanges à Cascastel des Corbières, en septembre 2019. / © I.Bris/FTV

Mais pour le moment, le marché du vin nature reste très modeste, puisqu’il ne représente que 1% de la production viticole en France.

En attendant, c’est en Occitanie que l’on trouve le plus de vignerons en vin nature comme en vin bio.



Source