Toutes les news de l'Hérault

Michaël Delafosse, nouveau maire, un “homme de gauche”



Michaël Delafosse est le nouveau maire de Montpellier. Selon notre sondage exclusif, Il est élu ce dimanche 28 juin avec près de 49% devant le maire sortant Philippe Saurel (33%) et Mohed Altrad (18%). Portrait. 

J’ai 42 ans. Je suis marié et père de deux garçons de 5 et 10 ans. J’habite dans le quartier des Arceaux. Je suis professeur d’histoire-géographie dans un collège à l’Ouest de Montpellier“. Voilà comment Michaël Delafosse, le nouveau maire de Montpellier, se présente sur son site internet spécialement créer pour la campagne des municipales. 

Homme de gauche

Le nouveau maire de Montpellier est un “homme de gauche” et le revendique. A 16 ans, il adhère au PS à la suite d’une rencontre avec Georges Frêche (maire de Montpellier de 1977 à 2004 puis président du conseil régional de Languedoc-Roussillon de 2004 à 2010): “c’est à l’occasion d’un conseil municipal auquel j’assiste. De sa grosse voix, il se met à dénoncer le projet de loi sur le smic jeunes. Il salue le représentant national des lycéens en lutte que je suis. À l’époque, on ne tweetait pas ! Il me propose de le rencontrer. Et puis voilà“, se souvient-t-il à Midi Libre. Pour la petite histoire, en 2007, Il se marie avec Anne-Lise. Ce sera le tout dernier mariage célébré par Georges Frêche dont la fille fait partie de son équipe pour cette campagne électorale.

Hélène Mandroux prend la succession de Georges Frêche en 2004 puis est réélue en 2008. A 31 ans, Michaël Delafosse devient adjoint à la culture. “Tout paraît alors lui réussir. Il rêve de ravir la mairie en 2014“, raconte Libération. Mais, battu lors la primaire socialiste, il assiste à la victoire du dissident Philippe Saurel et s’installe dans l’opposition municipale, président du groupe La Gauche pour Montpellier tout en étant vice-président du conseil départemental de l’Hérault, délégué aux finances.

Dès 2016, il se déclare candidat à la mairie et crée l’association Destins montpelliérains, “au service des citoyennes et citoyens de Montpellier” qui sera mise en sommeil au moment du lancement de sa campagne à l’automne 2019 “La Gauche qui nous rassemble !”

Avec 16,66 % des voix obtenues au 1er tour, la tête de liste “Montpellier Unie” n’a été dévancé que par Philippe Saurel (19,11%). Sa liste d’union de la gauche s’est ouverte aux Verts de Coralie Mantion qui prend la seconde place de sa liste. L’outsider Michaël Delafosse (PS), renforçait ainsi ses chances en faisant liste commune avec l’écologiste. A eux deux, ils rassemblaient plus de 24% des voix.

Michaël Delafosse a évité un vacarme monstre en ne s’alliant pas avec le trio Alenka-Ollier-Gaillard dans la mesure où il avait déjà scellé une alliance avec les Verts. Refaire une fusion avec Clothilde Ollier aurait probablement créé beaucoup d’animosité“, précise Emmanuel Négrier, directeur de recherche en science politique au CNRS.

Les deux sondages favorables ont donc été confirmés le 28 juin. Le socialiste est élu maire après une campagne trépidante mêlée d’alliances et de désaveux

Le tramway gratuit

« Une gestion maîtrisée du budget, et 0% d’augmentation des taux d’imposition des ménages, » c’est l’un des objectifs affichés de la gouvernance de Michaël Delafosse pour Montpellier.

 

Si les élus ou les candidats qui se présentent aux municipales ne sont pas capables de bouger 5% du budget de fonctionnement, nous sommes en droit de nous interroger sur certains candidats

Michaël Delafosse, nouveau maire de Montpellier

La mesure forte de son programme : les transports gratuits pour les habitants de la Métropole qui devrait coûter 24 millions d’euros, soit 5%  du budget de fonctionnement de la Métropole. Un idée retoquée par le maire sortant Philippe Saurel pendant le débat organisé par France 3 Occitanie: “j’ai le sens des réalités et de la bonne gestion de la ville. C’est facile d’être généreux avec l’argent des autres, l’argent public. La gratuité totale n’est pas souhaitable et tous les experts vous le diront. C’est de la discrimination. Ce n’est pas légal“.  

Michaël Delafosse se défend: ” Si les élus ou les candidats qui se présentent aux municipales ne sont pas capables de bouger 5% du budget de fonctionnement, nous sommes en droit de nous interroger sur certains candidats”, explique-t-il au site lemouvement.info.

Le projet Ode à la mer ajourné

“Shopping Promenade Ode à la mer” à Pérols est un projet de 300 millions d’euros sur 250 hectares qui devait voir le jour le long de l’avenue Georges Frêche, qui relie Montpellier au littoral. Avec un complexe commercial de 61.000 m2, assorti d’un parking de 2.500 places. “Doit-on continuer ce modèle qui a existé durant de longues années d’étendre à la périphérie des surfaces commerciales pour protéger l’armature commerciale de l’écusson et de nos quartiers ? Nous ajournerons ce projet“.

Le nouveau stade à la place 

Le stade de la Mosson est construit dans une zone inondable et il vieillit. Laurent Nicollin , président du MHSC veut un nouveau stade à Cambacérès, comme Philippe Saurel. Michaël Delafosse n’est pas d’accord sur le lieu: “il faut accompagner le projet de Laurent Nicollin car des investisseurs privés sont prêts à s’impliquer. Mais je l’ai proposé en lieu et place du projet l’Ode à la mer. Parce qu’il y a déjà deux arrêts de tramways et des surfaces de parking, donc le coût pour le contribuable sera très faible contrairement à Cambacérès“.

Argent, finances, budget, Michaël Delafosse veut la transparence. Il a d’ailleurs dévoilé ses revenus à Midi libre. “En 2018 j’ai touché 21 628 euros comme professeur d’histoire-géographie, 31 463 euros en tant qu’élu départemental et 2298 euros avec mon mandat à la Ville.”

Le nouveau maire souhaite une gestion de la ville et de la Métropole apaisée. “Il faut mettre fin aux conflits inutiles pour donner un nouveau souffle à Montpellier “, martèle le candidat dans une interview à 20 minutes, en tirant à boulets rouges sur le bilan du maire Philippe Saurel, accusé d’être en conflit permanent avec la Région dirigée par Carole Delga. “Je crois au dialogue qui précède la décision, à la recherche du compromis plutôt qu’aux divisions“, assure-t-il.



Source